[ Pdf Des femmes qui tombent ✓ états-unis PDF ] by Pierre Desproges ✓ Le malheureusement seul roman du monstre de l humour noir Desproges, qui se d vore aussi vite qu il nous envoie au septi me ciel de la rigolade Excellentissime bouquin tonnamment court, mais intense et si dr le et tr s abordable et facile lire, bien que tr s intelligemment crit A mettre entre toutes les mains Apr S Avoir Lu Ce Livre, Mon Diteur, Ma S Ur Et Ma Femme Me Demandent Pourquoi L Aubergiste Gilberte A La T Te Enferm E Dans Un Sac Plastique, Au Moment O Son Corps Pendu Est D Couvert Dans Le Cellier Je R Ponds Que Je N En Sais Rien Peut Tre S Agit Il D Un Ultime Geste De Coquetterie Assez Compr Hensible De La Part D Une Femme Qu On Devine Accorte Mais Pudique Et Qui Aurait Jug Inconvenant De Montrer Une Langue Au Premier D Couvreur De Cadavre Venu Mais Peut Tre Pas C Est Un Myst Re Il Faut Parfois Laisser Trainer Des Myst Res La Sortie Des Livres Aux Derniers Chants De L Odyss E, Qui C L Bre Le Retour Ithaque, L Auteur N Vite T Il Pas, Et Avec Quelle D Licatesse, De S Tendre Sur La Surprise D Ulysse D Celant Une Odeur D After Shave Au Fond Du Lit Conjugal Enfin Retrouv Le Lecteur Aura Compris Que Ce Livre, Des femmes qui tombent, Est En R Alit Un Humble Mais Profond Hommage Rendu Hom Re Et Sa C Cit L AuteurVisitez Le Site Officiel Le 9 mai 2015, Pierre Desproges aurait eu soixante seize ans en 2015, Patrick S bastien en a soixante deux cherchez l erreur Non, je recommence, et j oublie la m chancet Pierre Desproges est d c d il y vingt sept ans et il est fort probable que, s il tait toujours en vie, il ne pratiquerait plus le m me humour que celui qu il pratiqua en roue libre et en toute ind pendance durant les ann es quatre vingts avant, Le Petit Rapporteur et autres missions, c est plut t Desproges faisant ses gammes la bien pensance et le politiquement correct, et leurs cort ges d interdits voire de poursuites judiciaires, l auraient plus que probablement incit en rabattre Ou alors, il serait consid r comme un ancien dont on accepte certains carts Passons.
Quoi qu il en soit, Desproges tait un ma tre de la distance courte, chronique, r quisitoire, Minute N cessaire ou sketch, et a pu donner certains de ses auditeurs lecteurs le go t de la phrase longue rebondissements multiples, incises absurdes ou divergentes, de la phrase semblable l une de ces attractions o l on se laisse entra ner par un flux aquatique en ignorant par quels m andres on va passer mais en hurlant de plaisir chacun de ceux ci Cette phrase pi g e et pi geante, on la retrouve dans son unique roman, Des femmes qui tombent, que Semp , celui qui con ut la superbe couverture originelle on se demande bien pourquoi l diteur l a abandonn e au profit de ces moustiques tr s laids m me s ils sont en rapport avec l histoire , d crivait en 1988 comme un long cri d amour cent, cent cinquante mille exemplaires De ce roman, Desproges, avec son cynisme tendre habituel, disait il ne faut pas oublier que ce n est pas qu un livre pour lire, c est aussi un livre pour vendre T chons d en dire un peu plus.
Du strict point de vue de l histoire, Des femmes qui tombent se r sume tr s vite C rillac, petite localit perdue aux confins du P rigord et du Limousin, les femmes succombent une pid mie de morts suspectes, violentes ou non, allant de l ventration de la merci re qui conservait dans la mort cet air con des merci res mesurant l lastique culotte au morcellement de la premi re secr taire de la mairie d chiquet e par le Paris Hendaye en passant par le gyn c e apothicarial du coin qu on retrouve le nez dans les petits Lu , pour se conclure sur un d sordre de membres enchev tr s et nou s dans la mort comme en une atroce partie de jambes en l air saisie par J r me Bosch dans un Auschwitz grassouillet au pied du ch teau local Le coupable est d couvert par Jacques Rouchon, le m decin un moustique modifi par des extraterrestres, venus de Ficus, aquaphobes et caoutchouquivores, pour inciter la partie f minine de l humanit au suicide et ainsi faire dispara tre ladite humanit Sur ce canevas fr lant d licieusement l absurde et la misanthropie douce imaginer l radication de l humanit , je vous demande un peu , Desproges brode une double parodie roman policier et roman de science fiction, mais un policier des familles o les pandores sont des pitres et l enqu teur un m decin ivrogne, et de la science fiction r gressive au possible, se fichant comme sa premi re galaxie d une quelconque plausibilit scientifique Bref, il s amuse, et le lecteur avec lui.
D autant que l essentiel du roman ne tient pas dans son histoire, ni dans les genres qu il maltraite gentiment il tient dans l art de la formulation assassine que ma trise merveille Desproges Pour exemple, et dans l id e ferme qu en 2015 pareil passage ferait l objet d une attaque en justice, la premi re description du fils de Jacques et Catherine Rouchon in extenso Il tait anormal, si l on fait r f rence l employ de banque moyen en tant qu talon de base de la normalit Dieu ne l avait pas rat Au sortir de sa m re, c tait un beau b b , et puis la vie s tait mise lui tomber sur la gueule avec une fr n sie d vastatrice de bulldozer deux ans, son beau regard bleu de poupon commun s tait alourdi de torpeur bovine, cependant que son cr ne s allongeait en obus, son teint verdassait, ses membres se recroquevillaient en pieds de vigne Il avait la d marche aust re des mouettes emmazout es et bramait sans rel che les m lop es caduques que lui soufflait le vent Un sourire imb cile de Joconde allum e lui barrait le groin en permanence, sauf la fin des t t es laborieuses il su ait tout ce qui bouge o il arborait le faci s born d un a eul de banquet h b t par une b arnaise au dessus de ses forces Dire qu il r pondait au nom de Christian serait exag r , dans la mesure o il tait sourd comme peu de pots, et, de toute fa on, trop encotonn dans son cortex pour discerner un mot chr tien d une corne de brume Enfin, il avait peur des mouches et d veloppait une allergie aux ch taigniers qui limitait ses sorties en laisse entre Limoges et P rigueux o cet arbrisseau prosp re tout bout de champ Bref, le fruit des amours de Jacques et Catherine Rouchon tait confit C est cruel, mais a refl te aussi l angoisse de tout parent de voir son enfant tre anormal , pour reprendre le terme employ par Desproges L exemple choisi se trouve en d but de roman, mais la suite n est pas triste non plus, et tout le monde en prend pour son grade, de l alcoolique Rouchon aux diles politiques, du boucher Labesse ma tre en lieux communs aux journalistes vautours Un seul personnage semble chapper au jeu de massacre lexical de Desproges Marro, un vrai journaliste Lorsque Desproges le d crit, lui qui faut aussi journaliste, on a l impression qu il parle de lui Un ouvrier du fait divers Il racontait la vie avec un go t du verbe, un respect de la langue, un souci du v cu, une minutie dans le fignolage des portraits humains, qui faisaient de ses articles autant de merveilles artisanales Aussi, souvent, sur les bons coups , le papier de Marro tranchait sur ceux de ses confr res, un peu comme une madone de Botticelli dans un pr sentoir de bondieuseries lourdaises Cette ultime comparaison, c est un peu l impression que font les traits d esprit de Desproges compar s au marigot humoristique actuel.
En conclusion, un bon roman, sc naristiquement proche de la litt rature de gare, mais avec des fulgurances d criture humoristique in gal es ce jour Pas un chef d uvre, et m me plut t r server aux amateurs de Desproges avec la garantie pour eux de passer deux bonnes heures de lecteur plus que plaisante mais un roman bien torch et s quenc , cultiv et gentiment critique de ses contemporains.
Le malheureusement seul roman du monstre de l humour noir Desproges, qui se d vore aussi vite qu il nous envoie au septi me ciel de la rigolade Excellentissime bouquin tonnamment court, mais intense et si dr le et tr s abordable et facile lire, bien que tr s intelligemment crit A mettre entre toutes les mains Un bijou litt raire comme Desproges sait le faire, malgr le caract re loufoque du roman C est un r gal d humour noir et de pages que l on a envie de cocher tant les phrases sont bien tourn es Le plaisir est chaque page et le fou rire bien fr quent Un bijou litt raire comme Desproges sait le faire, malgr le caract re loufoque du roman C est un r gal d humour noir et de pages que l on a envie de cocher tant les phrases sont bien tourn es Le plaisir est chaque page et le fou rire bien fr quent Produit conforme ma demande Parfait merci tres bien Conforme mes esp rancesMerci bien